Appunti per Scuola e Università
Umanistiche
Appunti e tesine di tutte le materie per gli studenti delle scuole medie riguardanti le materie umanistiche: dall'italiano alla storia riguardanti le materie umanistiche: dall'italiano alla storia 
Scientifiche
Appunti, analisi, compresione per le scuole medie suddivisi per materie scientifiche, per ognuna troverai appunti, dispense, esercitazioni, tesi e riassunti in download.
Tecniche
Gli appunti, le tesine e riassunti di tecnica amministrativa, ingegneria tecnico, costruzione. Tutti gli appunti di AppuntiMania.com gratis!
Appunti
umanistiche
BambiniComunicazioneComunicazioniEcologia ambienteEducazione pedagogia
Etica moralitaFranceseGiocoGrammaticaInglese
LatinoLetteratura italianoPersonalitaPortogheseRisorse umane
SociologiaSpagnoloStoriaTedesco


AppuntiMania.com » Umanistiche » Appunti di Francese » Jean – Paul Sartre

Jean – Paul Sartre




Visite: 1022Gradito: [ Medio appunti ]
Leggi anche appunti:

Le palais de versailles


LE PALAIS DE VERSAILLES L’ histoire Le village de Versailles a été noté

Marcel proust 1871-1922


MARCEL PROUST 1871-1922 romancier La litterature a pour but de découvrir

Stendhal


Stendhal Le vrai nom de Stendhal est Henri Beyle. Il nait dans le sud est



Scarica gratis Jean – Paul Sartre

Jean – Paul Sartre


LA VIE



Philosophe, dramaturge, romancier et journaliste politique français qui a été une personnalité majeure de la vie intellectuelle française de la seconde moitié du XXe siècle et la figure plus importante de l’existentialisme.

Jean – Paul Sartre est né à Paris le 21 juin 1905 et orphelin de père, il a été élevé par sa mère catholique et un grand – parent maternel. Après quelques années à La Rochelle, il a été instruit à l’Ecole normale supérieure à Paris où il prépare l’agrégation de philosophie. C’est à cette époque qu’il rencontre sa femme Simone de Beauvoir.

En 1929 il est nommé professeur de philosophie d’abord au lycée du Havre et puis à paris. De 1933 à 1934 il séjourne à Berlin où il découvre la pensée d’Edmund Husserl, qui aura une grande importance pour l’élaboration de sa propre pensée.

Sartre connait la célébrité en publiant un roman, la Nausée, et des nouvelles, Le Mur et L’Enfance d’un chef.

Il est mobilisé en 1939, fait prisonnier en 1940 et libéré en 1941. il participe à la Résistance en collaborant aux journaux clandestins mais son activité d’écrivain continue avec la publication de l’Être et le Néant et la représentation de Les Mouches et Huis – Clos, qui exprime la philosophie de la liberté et des idées de la Résistance.

A la fin de la guerre, Sartre abandonne l’enseignement pour s’engager dans l’activité littéraire et dans la lutte politique. Il fonde la revue Les temps modernes, dont le but est d’ouvrir la voie à une transformation de la société bourgeoise.

Il se rapproche au Parti communiste même – s’il y avait des relations difficiles parce qu’il critiquait le marxisme dogmatique en proposant une version existentialiste du marxisme fondée sur la pratique individuelle dans Critique de la raison dialectique.

Sartre s’engage aussi dans le combat contre le colonialisme lors des conflits d Indochine, d’Algérie, du Vietnam et de la révolution cubaine. En 1968, il appuie aussi la révolte des étudiants et soutien les maoïstes.

En 1964 il refuse le Prix Nobel parce qu’il pensait qu’un prix comme celui l’aurait ruiné son intégrité comme écrivain. Il continue quand – même à écrire livres qui s’agissaient des problèmes littéraires et politiques jusqu’au moment où il perd en 1974 presque totalement sa vu et il ne peut plus écrire. Il meurt à Paris, en 1980.


L’EXISTENTIALISME

L’existentialisme se développe depuis le XVII siècle et commence avec Blaise Pascal, mais le vrai fondateur de l’existentialisme moderne est Sorën Kierkegaard.

C’est une réflexion sur l’existence humaine et pour les existentialistes, l’homme doit construire sa propre existence parce que son essence se constitue dans l’existence : « l’existence précède l’essence », il n’est pas défini par sa nature ou son destin. Il s’édifie dans sa relation avec le monde extérieur.

L’existentialisme se base sur onze thèmes principaux qui sont :

La contingence de l’être humain: il n’est pas un être nécessaire parce qu’on pourrait aussi ne pas exister.

L’impuissance de la raison : elle ne suffit pas à l’homme pour connaitre son destin parce qu’il faut aussi explorer notre ame intime.

Le bondissement de l’être humain : cette philosophie pousse l’homme à l’activitè, à l’effort.

La fragilité de l'être humaine : l’homme risque toujours de se perdre et de se détruire car notre existence n’est pas nécessaire.

L’aliénation : l’homme qui se perd est aliéné, il n’a pas la possession de soi.

La finitude et l’urgence de la mort : les existentialistes ne veulent pas dissimuler la vérité que notre vie doit finir.

La solitude et le secret : les individus se sentent solitaires.

Conversion personnelle : l’homme ne doit pas s’abandonner à l’idée de son destin, mais doit réaliser une vie personnelle et consciente.

Engagement : l’homme est liberté et il doit choisir et s’engager par rapport à sa destinée et aux autres.

L’autre : l’homme n’est pas seul mais il est entouré par les autres.

La vie exposée : les individus sont obligés à agir et vivre sous le regard des autres.


Il y a différents types d’existentialisme, par ex. la vision athée de Sartre et Camus qui élimine la référence religieuse parce que la foi fait oublier aux hommes la réalité de la condition humaine. Mais on parle aussi d’un existentialisme chrétien qui n’exclut pas la religion qui est vue comme un cadre sociologique et idéologique rassurant ; croire veut dire répondre à un appel qui exige le don entier de soi.


INFLUENCES ET RAPPORTS CONCEPTUELS

- Sartre a subi plusieurs influences complexes et aussi contradictoires :


En premier lieu la philosophie allemande : Hegel et sa dialectique de la négativité, Marx et la théorie du travail humain et de l’histoire, Husserl et l’idée d’intentionnalité et Heidegger.

Philosophie de Descartes : le cogito transparent à lui-même.

Philosophie danoise : Kierkegaard, influence paradoxale parce qu’il était anti – hégélien.


- Pour ce qui concerne les rapports conceptuels, Sartre est le philosophe de la liberté. En s’opposant au déterminisme, il décrit l’homme comme maitre de ses valeurs et de l’histoire.


LA PHILOSOPHIE



Sartre appartient au mouvement de l'EXISTENTIALISME qui, après les années de la Libération, a dominé la pensée française, a régnée sur le roman et le théatre et qui a aussi joué un rôle politique, soit en accord, soit en opposition avec le marxisme. Sartre a assuré à l'existentialisme une large diffusion, car il a le don des formules frappantes, il a illustré sa philosophie par ses romans, son théatre, ses essais et enfin il la traduit dans l'action par son engagement politique.

Le travail philosophique de Sartre est marqué par l'école phénoménologique allemande qu'il découvrit à Berlin dans les années trente. 'La trascendence de l'ego', publié en 1937, témoigne déjà son intérêt pour cette approche, puisqu'il y critique la notion de sujet trascendental telle qu'elle apparait chez Kant et chez Husserl. L'intérêt de Sartre pour la phénoménologie est aussi apparent dans ses oeuvres consacrées à l'Imagination (1936) et à l'Imaginaire (1940). Le premier de ces textes était envisagé par Sartre comme une introduction au second et il se présente comme un examen critique des théories de l'image de Descartes, Spinoza, Leibniz, des théories psychologiques ayant un fondement empirique proposées par Taine, Ribot et Bergson. Le second de ces textes présente une théorie de la CONSCIENCE IMAGEANTE, c'est - à - dire productrice d'images.

L'Imaginaire est une disposition de la conscience intentionnelle qui consiste à former des images en s'extrayant du réel, qui est l'objet de la perception. Sartre insiste sur la function irréaliste de la conscience imageante et l'oppose fermement à la conscience perceptive. En effet, l'objet de la première est absent, alors que celui de la seconde est présent. Sartre soutient que ces deux types de conscience ne peuvent pas être mis en oeuvre simultanément.

L’œuvre philosophique la plus célèbre de Sartre est certainement 'L'Etre et le Néant' qui est une réflexion sur les rapports entre la conscience et la liberté.

Selon Sartre l'être se devise en deux grandes parties:

Il y a d'abord l'en- soi

C’est l'existence brute, la nature;

C’est l'être sans cause ni raison (il est absurde, 'de trop');

C’est le domaine de l'essence, de ce qui est déterminé;

C’est ce qui est ni actif, ni affirmation, ni négation;

L'homme fait partie de l'en- soi par son corps, son ego, son passé. Sa mort le fige jamais dans une 'essence, dans ce qui a été'. Sartre appelle l'en- soi ce qui est et que la conscience appréhende comme différent d'elle-même.

Puis il y a le pour- soi

c'est l'homme en tant que doué de connaissance et de liberté;

C’est être de la conscience qui n'est pas un être fermé sur soi mais un être en relation: toute conscience est conscience de quelque chose;

c'est être libre: celui qui possède une puissance d'auto création absolument indépendante;


L'en- soi des choses est clos sur lui- même, sans relation avec l'extérieur; le pour- soi est la façon être du sujet humain toujours en devenir.

L'existentialisme de Sartre repose sur postulat qui lui apparait comme une évidence: l'existence de l'homme exclut l'existence de Dieu, donc Dieu n'existe pas. Il affirme que l''existentialisme est un humanisme', dans le sens qu'il pense que l'homme existe d'abord et i se définit après, il ne sera qu’ensuite et il sera tel qu'il se sera fait. Il n'y a, donc, de prédispositions car l'homme est ce qu'il se fait dans un monde sans trascendence, sans Dieu. La solitude se l'homme apparait comme un thème fondamental de l'existentialisme: il n'y a aucune aide à attendre à l'extérieur puisque chacun est seul dans son existence. Sartre croit que l'homme (l'en- soi) est son seul maitre parce qu'il se crée lui- même, il crée son être, ses idéaux, ses valeurs par sa seule initiative. Etre humain est libre et cette liberté, qui est sa caractéristique l fondamentale en lui, et lui permet d'accomplir un choix qui n'est déterminé ni par son passé ni par son milieu. Tout ce que l'homme fait est un ACTE LIBRE puisqu'il est seul à décider. Sartre dit que 'l'homme est condamné à être libre' et que, donc, il n'a pas crée sa propre liberté. Le problème de la liberté n'est pas dans l'abstrait car nous sommes toujours 'en situation' et obligés de prendre position par rapport à une situation donnée. Si nous ne prenons pas position c'est encore un choix comme 'ne pas choisir c'est choisir de ne pas choisir'. Seuls nos actes nous jugent et ils sont irréversibles. L'existentialisme de Sartre est une philosophie qui tend vers l'action. La possibilité d'effectuer un choix nous porte à l'angoisse qui est un sentiment qu'on éprouve devant l'imprévedibilité de notre liberté. On éprouve l'angoisse devant quelque chose d'indéterminé, tandis qu'on a peur devant une chose déterminée.

Sartre rejette les valeurs consacrées qu'il appelle bourgeoises. Dans ce monde sans Dieu, le Bien et le Mal n'existent plus en soi et les actes humains ne peuvent être jugés. Ce monde accepte, par commodité, les valeurs traditionnelles uniquement parce qu'elles sont héritées du passé. La valeur suprême apparait comme la nécessité d'affirmer sa liberté, qui est elle-même un appel à l'action.

Cette liberté est limitée par des conditions et facteurs antérieurs à l'acte libre, mais l'homme se définit par le projet de donner tel ou tel sens à la situation où il est engagé. Par les choix qu'il effectue, l'homme se situe et s'invente. Les choses sont prisonnières de leur essence, l'homme produit son essence en existant.

La liberté de l'homme se heurte toutefois à la liberté d'autrui, à la présence de l'autre également pourvu de conscience. Pour ce qui concerne la présence de l'autre, il y a certains qui acceptent de se laisser aliéner par le regard d'autrui, d'exister et être ce que l'on pense d'eux. Tel est le refuge dans un rôle social. Certains tentent de réduire les autres à l'état d'objet en limitant leur liberté. Selon Sartre, donc, seulement une morale adaptée permettra à l'homme d'accomplir sa liberté sans aliéner celle d'autrui. Il faut être conscient que tout choix personnel implique des retombées dont l'entourage sera le bénéficiaire ou la victime. Un être responsable est celui qui est conscient qu'en se choisissant, on choisit aussi pour les autres. D'où l'importance du thème de l'ENGAGEMENT: il n'est pas un acte qu'on accomplisse qui n'engage l'humanité. La question politique deviendra au cours des années un de majeures préoccupations de Sartre.

La liberté est indépendance absolue et engagement, c'est - à - dire que l'homme se fait lui- même dans ses projets. Mais la liberté est vécue comme angoisse. A ce moment, la conscience fait l'expérience de la mauvaise foi et de l'esprit de sérieux, qui sont deux façons de fuir de la liberté.

Sartre nous donne une vision technique du monde: être humain est un artisan qui doit se faire lui- même. Normalement, pour faire un objet, il faut que l'ouvrier connaisse la nature d'un tel objet, son essence. Dans ce cas, l'essence vient avant l'existence mais l'homme 'le pour- soi' n'est pas fait à partir d'un plan, d'un modèle et, donc, chez l'homme, l'existence précède l'essence. Il n'y a pas de nature humaine: l'homme se crée au fur et à mesure de ses libres décisions volontaires. Il faut d'abord être, s'engager, produire avant de se définir comme telle personne. L'essence de l'homme au moment de sa mort sera la totalité des actes qu'il aurait accomplis au cours de toute sa vie.

La philosophie de Sartre a au centre l'idée de l'absurdité d'exister qui n'est pas lié à l'essence qui donne un sens à la réalité. Il voit le Mal dans la misère et l'oppression, opte contre le fascisme, le capitalisme et la morale 'bourgeoise'. Donc Sartre critique tous ce qui prétend de baser la vie sur un système de valeurs positives. Cependant il ne nie pas radicalement la vie sociale mais, au contraire, la manque d'un sens objective de l'existence donne aux hommes une totale liberté.


SARTRE ET LA RELIGION

Sartre pense que les gens ne doivent pas s’enfuir à la religion. Ils sont condamnés à s’engager sans cesse en toute sincérité. Ils ne doivent pas masquer leur conscience et s’enfuir. Ce qui s’enfuit est après Jean Paul Sartre un homme qui a de la mauvaise foi. L’homme qui invente une doctrine philosophique ou bien une religion selon laquelle il n’est plus le maitre de ses actions et selon laquelle il est déterminé en avance, c’est un homme de mauvaise foi. Il dit que la mauvaise foi a en apparence la structure du mensonge, mais il implique que quelqu’un qui pratique cette foi 'douteuse' se mente à lui-même et qu’il se trompe lui-même parce que c’est seulement une excuse et rien de plus. On a l’impression que Sartre voit la religion comme une mente qu’on porte pendant toute sa vie et que les gens qui croient au Dieu ou qui ont en général une religion sont des menteurs. Jean Paul Sartre prétend qu’au moment de la morte nous avons la dernière possibilité de refuser notre vie et d’accepter que nous nous soyons mentis.





LES CARACTERES

Les caractères dans les livres de Jean Paul Sartre sont très bien décrits et ils ont des traits des caractères très différents. On n’a pas l’impression que les caractères sont construits bien qu’ils incarnent des gens qui aiment les extrêmes. Goetz par exemple et un caractère qui ne peut pas être plus contraire en soi-même. Premièrement il est le Mal en personne parce qu’il veut massacrer tout le monde et plus tard il essaye d’être un ange. On ne peut pas comprendre le changement de lui, mais on ne peut pas dire que ce changement n’est pas naturel. Le changement en soi est très vite et surprenant, mais on sait que Goetz est un rôle imprévisible et pour cette raison la modification du Mal au Bien n’est pas l’air factice.

Ou bien le caractère d’Inès dans Huis Clos c’est très bien formé et on voit qu’elle est méchante avant qu’elle l’explique. Estelle est un rôle de peu importance mais sans elle la pièce serait incompréhensible. Cela mène à un autre facteur qui fait les livres de Sartre intéressant: Personne n’est dans la pièce sans avoir un rôle d’importance pour le livre. Même le garçon d’étage a un rôle sans laquelle la pièce serait beaucoup moins intéressante. Pour cette raison les livres de Sartre n’ont pas de personnages qui sont inutile et on n’a pas besoin de retenir tant de caractères.


LA NAUSEE

Ce roman a été publié à Paris en 1938 et il représente la plus célèbre des oeuvres de Sartre, traduite en une trentaine de langues. Il prend d'abord le nom de 'Melancholia' et, après une série de modifications, il prend le nom définitif de 'La Nausée. Sartre y impose son style et toutes ses préoccupations. C'est une variation sur le thème de l'absurde. L'action se passe à Bouville, qui est une ville fictive qui évoque Le Havre, où Sartre a été professeur. Exécré par l'opinion publique, ce roman, qui a contribué à la réputation de Sartre romancier de l'angoisse existentielle, marque une première phase dans la pensée de Sartre: celle de la découverte du mal de vivre. Le roman a la forme d'un journal tenu par Roquentin, un intellectuel venu s'installer dans une ville de province pour écrire la biographie d'un personnage historique, Roquentin prend peu à peu conscience de la scandaleuse inutilité de l'existence. Il éprouve la Nausée qui est la seule réaction possible face à l'expérience de l'absurde à l'égard des objets, des hommes et de lui- même. L'absence de raisons de vivre lui est évidente.


RESUME

Ce roman de Sartre est un journal intime, celui de Antoine Roquentin qui, après six années de voyages qui l'ont mené en Indochine, s'est fixé à Bouville. Après avoir renoncé à une carrière d'aventurier, il s'est réfugié dans la rédaction d'une biographie. Pendant son séjour dans cette ville, il rencontre à la bibliothèque l'autodidacte, un personnage tout pétri d'humanisme. Au cours de ce peu exaltant séjour à Bouville, Roquentin est l'objet d'une crise existentielle qui le submerge. Le passé que révèlent ses études sur le marquis de Rollebon perd tout son intérêt, toute consistance face au présent où il ne voit que le conformisme de la ville où il s'est installé et le coté grotesque et la vanité de la vie sociale. Une véritable 'nausée' l'envahit lorsqu'il fait ainsi l'expérience de son vécu existentiel. La solitude le rend plus attentif aux choses qui semble être vivantes et qui lui procurent une sorte de nausée. La sympathie qu'il avait pour les personnages devient une déception comme il n'a plus beaucoup de certitudes à son sujet et cela l'amène à se regarder dans la glace: il ne voit qu'un visage pale. Il se jette dans une crise profonde et il comprend que sa vie n'a pas de sens. Le passé que révèlent ses études perd tout intérêt, ses recherches historiques lui paraissent vaines face à l'existence. Il abandonne sa biographie, de même qu'il admet enfin sa rupture avec Amy, une femme qu'il aime beaucoup, pour se consacrer à un roman, c'est - à - dire à une oeuvre d'art dont il attend qu'elle le tire de la contingence nauséeuse pour le contraindre à la nécessité de l'art où tout est justifié.

La Nausée, avec sa théorie de l’œuvre salvatrice, se termine sur une note d'espoir. Ultérieurement son auteur remettra en question la morale de cette fin optimiste.


COMMENTAIRE

Ce qui caractérise La Nausée c'est son agressivité destructrice. Roquentin est un type solitaire par refus des comédies sociales. Cet oeuvre propose une mise à nu de l'existence mais, pour arriver à cette constatation, Roquentin doit passer par une démystification systématique. Le roman est plein de comédiens de la vie: les joueurs de cartes l'Autodidacte, les salauds du musée. Sartre utilise les collages, les parodies pour dégonfler les baudruches idéologiques et littéraires.

La Nausée est un moment de pure négativité, il est un livre 'contre' le lecteur bourgeois: tout dans le roman gravite en effet autour des impostures bourgeoises. La Nausée qui tourmente Roquentin est l'absurde, la manque totale du sens de la réalité. Les choses n'ont aucune raison qui les justifie: ils simplement existent. Mais l'existence n'a pas de sens car elle n'a pas une essence. C'est pour cela qui tous ce qui existe est dégoûtant. Les personnes normales ne s'en rendent pas compte, elles ne voient pas que leur existence est seulement une fiction. Le héros de Sartre est un porteur de conscience, qui a saisi le vrai sens de la réalité, par opposition à la masse des hommes. Roquentin représente, donc, un des grands personnages littéraires de la crise du Novecent.

Dans la Nausée la contestation de la culture ne se fait que sur le mode de la parodie comme si Sartre, ne pouvant se dégager d'elle tout en la réfutant, alimentait son oeuvre de ce qu'elle prétend brûler. Enfin, l'exotisme barrésien du montagnard, le populisme du rendez--vous des cheminots, les rêves surréalistes sont autant des 'micro- romans' qui parodient des systèmes narratifs dominants. Sartre brise minutieusement les ressorts de l'idéologie des années trente: l'aventure, l'exotisme, la participation aux luttes collectives, le témoignage.

Le projet de Sartre est d'exprimer sous une forme littéraire des vérités et des sentiments métaphysiques. La Nausée développe une nouvelle pratique du récit: le traitement particulier des objets, l'étoilement du récit en 'micro- romans', l'empattement du temps, la décomposition du héros- narrateur sont des innovations techniques.


LES MAINS SALES

C'est une tragédie en sept tableaux  et en prose publiée à Paris en 1948, dont l'action se déroule au cours de la Seconde Guerre Mondiale dans un pays imaginaire de l'Europe Centrale, l'Illyrie. Cette pièce est liée à la réflexion de Sartre sur l'action révolutionnaire et, plus en général, sur la politique. Sartre oppose deux types de révolutionnaires: l'un, Hugo, est un jeune intellectuel d'origine bourgeoise; l'autre, Hoederer, est un chef politique dont la conduite est dictée par le souci d'efficacité.

Sartre a indiqué plusieurs sources des Mains Sales: une trêve au cours de l'insurrection de Paris en 1944; les difficultés que ses élèves bourgeois avaient avec le parti communiste; l'assassinat de Trotski qui fournit la trame de la pièce. Très importante pour comprendre cet oeuvre est la situation historique dans laquelle s'inscrit la composition: l'année 1947 marque le débout de la guerre froide, le renvoi des ministres communistes du gouvernement et l'effritement de la mystique de la Résistance. Ce contexte contribue au triomphe de la pièce: le public la considère comme une oeuvre anticommuniste car Sartre proposait une réflexion sur les rapports entre morale et politique, au travers de deux hommes mis en situation.


RESUME

Hugo Barine, un militant intellectuel d'origine bourgeoise, a été chargé par le Comité central du Parti communiste, engagé dans la Résistance, de tuer Hoederer, un chef communiste. Celui-ci voudrait trouver un accord avec les partis de droite à la Libération; mais ses buts politiques sont interprétés comme une trahison dei idéaux du parti. Hugo est envoyé chez Hoederer comme son secrétaire, mais les jours passent et il ne se décide pas à l'action: c'est qu'il a commencé d'admirer Hoederer.

Hugo ne se résout que lorsqu'il voit sa femme, Jessica, dans les bras d'Hoederer. Son crime est passionnel, il a tué par jalousie. Quelques années après, sorti de prison, Hugo découvre avec stupeur que la politique du parti a changée, qu'il s'est rallié à la stratégie de Hoederer, dont la mémoire a été réhabilitée. Hugo est devenu un témoin gênant d'un crime que l'on désire effacer, il doit être tué.


COMMENTAIRE

Dans ce roman Sartre a tout de même précisé ses intentions et vivifié les contenus du genre, par opposition au psychologisme des années trente. L'idée directrice de la dramaturgie sartrienne est celle d'un théatre de situations: le théatre peut montrer un caractère en train de se faire, le moment du choix, de la libre décision. La situation est un appel qui nous propose des solutions, c'est - à - dire qui nous pouvons décider. Pour que la situation soit humaine il faut chaque fois porter sur la scène des situations limites qui présentent des alternatives dont la mort est l'un des termes.

Même si l'attention dans la pièce est concentrée sur le personnage de Hugo, le sens de la pièce ne coïncide pas complètement avec sa situation. Il s'agit d'abord d'opposer les 'gants rouges' aux 'mains sales'. Ces gants rouges qu'Hoederer reproche à Hugo de porter, c'est le symbole de l’héroïsme aristocratique et individuel: Justice, Vérité, Pureté.



Les mains sales d'Hoederer sont celles de l'efficacité politique au service des hommes, il croit que tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces.

Pour ce qui concerne le temps dans la pièce, Hoederer y échappe par ces certitudes mais aussi parce que contrairement à Hugo, il n'est pas confronté à une situation limite, sa liberté était déjà fondée au moment de la pièce et sa mort n'étant qu'en revanche. Hugo réalise l'unité dramatique des Mains Sales du fait même de sa situation dans le temps. En fait c'est lui qui assume la dimension de la temporalité dans le théatre, qui est un thème fondateur chez Sartre: il s'agit de présenter l'histoire d'Hugo non comme une totalité signifiante mais comme une durée désordonnée et non résolue, que la pièce réactualise et rend intelligible. Cette absence de signification garantit la liberté d'Hugo: il se construit peu à peu dans la tension des tableaux et il fond sa propre liberté par son choix.

Dans cette pièce on peut relever nombre d'éléments qui vont contre la théatralité. Malgré des effets particuliers pour différencier Hugo d'Hoederer, tous les personnages usent d'une même intelligence. Les personnages des Mains Sales sont essentiellement des êtres de langage et leur limitation du point de vue scénique est la condition même de leur conquête de l'existence, qui passe par une conquête du langage.

Dans cet oeuvre est comme si Sartre avait voulu laisser peu de place à l'interprétation pour donner plus d'importance aux deux points de vue de l'idéalisme et du réalisme politique.




HUIS CLOS

C’est une pièce en un acte publiée en 1944 dont la forme a été suggérée par sa femme qui lui propose l’idée d’un drame très bref avec deux ou trois personnages.

En effet il y a trois personnages : Inès Serrano, employée des Postes qui n’aime pas les hommes et se définit méchante ; Estelle, une noble infanticide qui a aussi causé la mort de sono amant ; Joseph Garcin, publiciste et homme de lettres, il est lache mais il fait semblant d’être un héros. Tous les trois se retrouvent après leur mort dans un enfer qui a l’aspect d’un salon d’où ils ne peuvent pas sortir et ils parlent de leurs actions passées en cachant le côté peu noble de leurs existences. Ils veulent donner une bonne image de leur – même mais ils doivent affronter le regard et le jugement des autres, de cette façon ils commencent à se torturer psychologiquement mutuellement.

Avec cette pièce, Sartre veut montrer que les gens ne peuvent pas vivre ensemble en paix, parce qu’on est toujours jugé et sous le regard des autres, pourtant on n’est pas seulement objet mais aussi sujet, car les autres sont obligés de se voir à travers nos yeux.

Donc l’enfer que Sartre décrit est en ce monde et consiste à vivre sous le regard d’autrui, de là vient la célèbre réplique de Garcin : « L’enfer, c’est les autres ». Cela représente le thème central de la pièce, dramatisé par la figure du trio qui est le véritable ressort scénique  d’une action qui voit chacun des trois, victime et bourreau des deux autres. Puisque, selon le postulat de l’Être et le Néant, « le conflit est le sens général de l’être pour – autrui », la pièce est la mise en scène de ce postulat, mais ni le désir, ni la haine et ni l’indifférence peuvent aider les trois personnages à sortir de cet enfer des autres. Et moins encore la mauvaise foi ou la bonne conscience, dont fait preuve chacun des personnages.

Dans Huis Clos tout est géomètre, en fait il y a trois figures : un rectangle, le salon sans sortie ; un triangle, Garcin, Echelle et Inès, trio unit pour l’éternité sans pouvoir se renouveler ; un cercle, celui des relations à autrui qui reviennent toujours au point de départ, comme le souligne la dernière réplique de la pièce : « Continuons ».


L'ECRITURE

Sartre considère la littérature comme une modalité de l'action, la parole même est un acte. La littérature est toujours une recherche d'authenticité et elle se doit s'enlever au monde et aux hommes ses masques pour éviter toutes les illusions, toutes fausses certitudes. Si la littérature met l'homme en présence du désespoir c'est pour chercher, au-delà de la nausée, une raison de vie authentique. La littérature doit s'engager contre la tentation de l'irresponsabilité:  si l'écrivain reste impartial aux événements de son époque, sa passivité et son silence même sont ses actions.

L'écriture de Sartre a été inspirée par la psychanalyse des romanciers comme Kafka à qu'il attribue le mérite d'avoir rendu tangible l'absurde de la condition humaine et par les romanciers américains qui ont su donner à une littérature épuisée par ses vieux mythes, incapable de faire face à la situation historique, des narrations aptes à rendre l'étonnement de l'homme au milieu d'événements incompréhensibles. Toute l'inquiétude d'une génération qui à vécu la guerre, les catastrophes de la bombe atomique, passe dans cette écriture.


SARTRE ROMANCIER, CRITIQUE ET DRAMATURGE

Pendant sa vie il a été attiré autant par le théatre, que par le roman, genre qui lui permettait de mettre en scène aussi bien le raisonnement que l’émotion. Il conduit aussi une activité de critique littéraire, parallèlement à sa carrière de philosophe et d’écrivain, qui le pousse à publier un essai où il donne une définition de la littérature en termes de morale existentialiste : Qu’est-ce que la littérature ? .


o       Sartre a consacré son existence à l’écriture et il s’est d’abord senti attiré par le roman qui se présente comme  un récit chargé de réflexions philosophiques.

Le roman existentialiste est lié au roman de la condition humaine et il se développe entre 1938 et 1954 sous l’influence du roman américaine pour ce qui concerne la forme, mais aussi sous l’influence de Kafka et sa philosophie de l’absurde et du désespoir.

Les années 40 de l’Europe sont un période si noire qui donne au roman existentialiste la possibilité d’étaler l’absurdité de la condition humaine et de plaquer les tendances romantiques.  L’intrigue n’a plus d’aventures et le but devient celui de montrer que l’existence humaine n’est pas une entreprise romanesque mais elle est quelque chose d’absurde.

Une caractéristique de ce type de roman est la technique du réalisme subjectif, c’est – à – dire que les personnages doivent apprendre tout seuls le sens de ce qu’ils vivent et voient dans le monde et qu’on montre l’accomplissement de caractères à travers les gestes et les paroles.


o       Le théatre est le genre que mieux traduit les combats de l’homme face aux exigences contradictoires de la liberté, du rapport avec autrui et de l’action. La scène devient le lieu où révéler le héros en train de se faire, de se construire ou se détruire ; les personnages doivent affronter une situation existentielle et Sartre s’intéresse au moment où ils prennent conscience de ce qui nie leur liberté.

Sartre débute au théatre avec Les Mouches, où il y a le personnage qui arrive à conquérir sa liberté par des actes et des choix marqués souvent par l’individualisme ; puis il y a Huis Clos, chef - d’œuvre dramaturgique de Sartre.

L’originalité de son théatre vient moins de formes que des thèmes : liberté, engagement et responsabilité, il est proche de l’histoire contemporaine.


o       Les premiers essais critiques de Sartre paraissent de 1936 à 1940 dans la « Nouvelle Revue française ». Cette critique est très lié à sa philosophie qui provoque une forme d’autorité théorique dans les jugements et dans les analyses. En 1947 il publie le premier volume de Situations, où il donne aussi une définition de la littérature en termes de morale existentialiste. Puis il écrit un livre sur Jean Genet, un sur Flaubert, L’Idiot de la famille et un sur Baudelaire.






Scarica gratis Jean – Paul Sartre
Appunti su: quel est le sentiment q27C3A9prouve l27C3A9crivain lorsqu27il s27 engage C3A0 C3A9crire une oeuvre3F,










Accedi al tuo account
Scarica 100% gratis e Invia appunti, tesine, riassunti

Registrati ora Password dimenticata?
  • Appunti superiori
  • In questa sezione troverai sunti esame, dispense, appunti universitari, esercitazioni e tesi, suddivisi per le principali facoltà.
  • Università
  • Appunti, dispense, esercitazioni, riassunti direttamente dalla tua aula Universitaria
  • all'Informatica
  • Introduzione all'Informatica, Information and Comunication Tecnology, componenti del computer, software, hardware ...

Appunti Spagnolo Spagnolo
    Tesine Inglese Inglese
      Lezioni Tedesco Tedesco